Actualités
Bougies diplomatiques

L’ambassadeur d’Algérie en France, Monsieur Said Moussi, a accordé hier un entretien à la radio Beur FM et dans lequel il a abordé plusieurs questions diplomatiques et économiques ainsi que la place de la communauté algérienne établie en France

L’interview a également porté sur l’évolution des relations entre l’Algérie et la France. Interrogé sur le réchauffement des relations entre les deux pays, notamment depuis la visite officielle effectuée en Algérie par le Président Macron, fin août dernier, l’Ambassadeur a mis en relief le progrès enregistré, ces derniers mois, sur tous les plans.

Il a déclaré à cet effet : « je vous le confirme en effet, depuis cette visite historique qu’a effectuée le président Macron en Algérie à la fin de l’été, nos deux Présidents ont longuement échangé à cette occasion. La taille et la qualité de la délégation française est une démonstration de la volonté partagée d’aller de l’avant par nos pays dans l’intérêt de nos deux peuples ».

A propos du dossier de la Mémoire, et en réponse à une question sur le traitement réservé à cette thématique par les deux pays, M. MOUSSI a tenu a préciser, à juste titre :

« Je vous renvoie à la décision des Présidents Macron et Tebboune, lors de cette visite, concernant la création d’une commission mixte d’historiens, qui a suscité des débats, et c’est tout à fait normal, visant à mettre l’histoire à l’abri des manipulations souvent malveillantes qui entourent cette histoire dense, difficile, dure et envisager l’avenir sans occulter ce passé qui est là et qu’il faut accepter tel qu’il est. Je paraphrase à peine les propos des deux Présidents à cet égard ».

Abordant, à la demande du journaliste, le point inhérent aux décisions prises et annoncées durant cette visite, (sont-elles de nature à asseoir la confiance pour l’avenir ?), l’Ambassadeur soutient : « tout d’abord j’aimerais rappeler que les relations entre nos deux pays sont particulières, ce n’est pas une relation comme une autre, l’histoire est là, c’est plus que cela, une relation entre deux peuples, et les fondements humains de cette relation sont très importants. Cette relation se bâtit justement sur le volet humain. A partir de là et avec les complexités qui caractérisaient ces relations, nous avançons sur différents domaines, les liens sont multiples est sont amenés à évoluer davantage ».

Sur le plan économique, le journaliste s’est interrogé sur les raisons du retard des entreprises françaises à occuper un leadership en Algérie malgré le potentiel notamment de la diaspora. Sur ce point, M. MOUSSI, tout en mettant en avant «l’importance de la Diaspora invitée, au même titre que ses frères et sœurs en Algérie, à prendre part dans l’édification de notre pays », a tenu à rappeler : « l’intérêt porté par le Président Tebboune depuis son élection en 2019, à l’égard de la communauté établie à l’étranger ».

A ce propos, il n’a pas manqué de souligner « le nouveau paradigme » qui s’est mis en place dans la « nouvelle Algérie », laquelle s’inscrit dans une dynamique « basée sur davantage d’éthique » et en rupture totale avec « les pratiques malveillantes du passé ».

Interrogé, enfin, sur la date de la visite d’Etat que prévoit d’effectuer en France le Président de la République, M. Abdelmadjid TEBBOUNE, l’Ambassadeur a affirmé que les deux présidents ont évoqué dans leurs interviews respectives à la presse ce projet de visite. Il a cependant indiqué qu’il est encore tôt d’avancer une date précise.
Farid .T

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 3 =

Bouton retour en haut de la page