Actualités
Dialogue diplomatique

Un message de Lakhdar Brahimi

Chers amis,

Le début de 2021 a marqué une nouvelle phase dans la lutte contre la pandémie COVID-19 qui a coûté près de 2,5 millions de vies. Alors que de nombreux pays ont commencé à vacciner leurs populations, nous espérons tous que cette «année perdue» sera bientôt un souvenir désagréable, mais cela ne se réalisera que si la reprise mondiale de la pandémie est motivée par l’équité, l’égalité et la justice.

Nous avons vu au cours des douze derniers mois comment le COVID-19 a exacerbé les inégalités existantes, en particulier pour les personnes qui souffrent déjà de multiples difficultés dans les États fragiles et les zones de conflit.

Il est vital maintenant que le monde ne succombe pas au «nationalisme vaccinal» et aux autres mesures à court terme qui favorisent les privilégiés et les riches – dans et entre les pays et les régions. Si nous avons appris quelque chose au cours de l’année écoulée, ce devrait être qu’en cas de pandémie, aucun de nous n’est en sécurité tant que nous ne sommes pas tous en sécurité.

Pauvreté, inégalité et injustice – ces trois maux de la société humaine n’ont probablement pas causé directement la pandémie, mais ils l’ont certainement aidée à se propager. D’après mon expérience personnelle, ils étaient à la fois la cause et la conséquence des conflits qui continuent de se propager et de se développer à travers le monde, et j’ai été ravi de discuter de ces questions avec Mary Robinson, notre présidente à The Elders, dans le dernier épisode de la Podcast «Finding Humanity».

La partie du monde dont je viens – le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord comme on l’appelle dans le «langage des Nations Unies» – est en proie à toutes sortes de problèmes, et en général, ces problèmes ne sont pas bien traités. 2021 marque le dixième anniversaire du «printemps arabe», qui a suscité de grands espoirs lorsqu’il a débuté en Tunisie en décembre 2010 et a semblé triompher moins d’un mois plus tard. Maintenant, pour la plupart des gens, c’est un moment doux-amer pour rappeler à la fois la bravoure des manifestants réclamant pacifiquement une plus grande liberté, et la mesure dans laquelle l’optimisme précoce a été remplacé par de profonds doutes et même du désespoir.

La région reçoit une aide extérieure et nous devons en être reconnaissants. Mais nos pays et nos peuples reçoivent-ils toujours le bon type d’aide? La meilleure aide qu’une partie extérieure puisse apporter dans une situation de conflit ou un processus de paix est d’encourager les personnes au cœur de la situation à faire ce qui, selon elles, améliorera la situation dans leur pays. Poursuivre les objectifs étroits et égoïstes des acteurs externes, en fin de compte, n’atteint même pas ces objectifs étroits et nuira plutôt aux intérêts des personnes souffrantes dans le pays en conflit, en particulier lorsque ces acteurs externes travaillent contre, plutôt qu’avec, chacun. autre: regardez la Libye, le Liban, la Syrie, l’Irak, le Yémen et l’Afghanistan.

En fin de compte, les intérêts de toutes les parties sont mieux servis lorsque les intérêts du pays en difficulté sont mis au premier plan et que tous les acteurs extérieurs coopèrent les uns avec les autres plutôt que de se concurrencer. Cela n’aide jamais, en fait, cela entrave les efforts pour rétablir la paix dans une zone de conflit, quand une intervention étrangère fait intervenir un certain nombre d’acteurs externes qui, plutôt que d’agir dans le véritable intérêt des personnes qu’ils prétendent aider, utilisent réellement leur pays comme un cockpit pour de coûteuses guerres par procuration.

C’est la raison pour laquelle les anciens continuent de croire fermement aux principes des Nations Unies et ont appelé à maintes reprises au retour à un système multilatéral renouvelé, juste et équitable, même si la réalité est souvent bien loin de ces idéaux.

Ce n’est qu’en travaillant ensemble dans un esprit de solidarité et de respect mutuel que nous pouvons espérer construire la paix, se remettre durablement de la pandémie et relever les autres grands défis existentiels auxquels l’humanité est confrontée, tels que le changement climatique et la prolifération nucléaire.

Djamel Benali

Directeur adjoint responsable des emissions et grands reportages et membre fondateur de d,zair news de 2014 a 2016.directeur des emissions et grand reportages a echourouk news.de 2016 a 2017. Journaliste, fondateur,et directeur general du site electronique algerie diplomatique.en deux langues.fondateur du nouveau site electronique de l,e,n,t,v et directeur du meme site et du multimedia.a la t.v nationale de 2020 a 2021. Directeur adjoint responsable des emissions et grands reportages et membre fondateur de d,zair news de 2014 a 2016.directeur des emissions et grand reportages a echourouk news.de 2016 a 2017. Journaliste, fondateur,et directeur general du site electronique algerie diplomatique.en deux langues.fondateur du nouveau site electronique de l,e,n,t,v et directeur du meme site et du multimedia.a la t.v nationale de 2020 a 2021.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 + six =

Bouton retour en haut de la page