Actualités
L'Algérie prend acte avec satisfaction de l'ordonnance de la Cour Internationale de Justice concerna... L'Algérie signe le communiqué final de la Conférence diplomatique et le Traité sur la propriété inte... Arrivée de M. Attaf à Dakar en qualité d'Envoyé spécial du président de la République Entretien téléphonique entre M. Attaf et le ministre iranien par intérim des Affaires étrangères Au Conseil de sécurité, l'Algérie exige une enquête internationale sur le génocide sioniste à Ghaza L'entité sioniste utilise l'arme de la désinformation dans son agression contre Ghaza (Dominique de ... M. Attaf reçoit un appel téléphonique de son homologue serbe Défense du droit à l’autodétermination: une délégation algérienne prend part au Séminaire du Comité ... Agrément du nouvel ambassadeur d'Algérie au Vietnam AG de l'ONU: l'Algérie salue l'adoption d'une résolution soutenant le droit de l'Etat de Palestine à... A l'initiative de l'Algérie, le Conseil de sécurité demande une enquête indépendante sur les charnie... L'Algérie condamne dans les termes les plus fermes les opérations militaires menées par l'occupant s... M. Attaf s'entretient à Alger avec son homologue bahreïni Chargé par le président de la République, M. Attaf prend part à Copenhague à la 21e Réunion ministér... Forum de Doha: les efforts de l'Algérie en soutien à la cause palestinienne largement salués ONU : le Comité contre le terrorisme tient une réunion sur le renforcement de la résilience des comm... Chargé par le président de la République, M. Attaf prend part à Doha au Forum économique et de coopé... Chargé par le président de la République, M. Attaf prend part à Riyadh à la réunion spéciale du Foru... La Réunion consultative entre les dirigeants de l'Algérie, de la Tunisie et de la Libye, une "réussi... Algérie-Tunisie-Libye: Signature d'un accord portant création d'un mécanisme de concertation sur la ...
ÉvénementSlider

Algérie-Tunisie-Libye: Signature d’un accord portant création d’un mécanisme de concertation sur la gestion des eaux souterraines communes

L’Algérie, la Tunisie et la Libye ont signé, mercredi à Alger, un accord portant création d’un mécanisme de concertation sur la gestion des eaux souterraines communes dans le Sahara septentrional.

L’accord a été signé par le ministre de l’Hydraulique, Taha Derbal, le ministre tunisien de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche, Abdelmonem Belati, et le vice-ministre libyen des Ressources en eau, Mohammed Faraj Qunidi.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, M. Derbal a affirmé que l’accord « ouvre une nouvelle page prometteuse en matière de coordination et de coopération entre nos pays dans un domaine vital sous-tendant tout processus de développement, à savoir les ressources en eau ».

Ce document intervient deux jours seulement après la tenue du sommet tripartite entre l’Algérie, la Tunisie et la Libye, qui traduit la ferme volonté de dynamiser les économies des trois pays et de relever les défis imposés par la conjoncture actuelle dans notre région, a ajouté le ministre.

Et d’affirmer qu’il s’agissait de consacrer la volonté politique de poser les bases d’une coopération trilatérale, estimant que ledit document « ouvre la voie à la relance de la coopération et de la coordination dans d’autres domaines, à la lumière des opportunités et des potentialités disponibles ».

Le ministre de l’Hydraulique a également souligné que cet accord « permettra aux pays signataires d’approfondir leur connaissance de leurs ressources hydriques communes dans le Sahara septentrional et d’intensifier l’échange d’informations dans ce cadre ».

Doter le mécanisme d’un siège permanent en Algérie « reflète notre volonté de créer les conditions propices à son bon fonctionnement dans un cadre réglementé aux contours bien définis, au service des intérêts des trois pays et consacrant la souveraineté de chaque pays sur ses ressources hydriques », a-t-il soutenu.

Le contexte actuel nous impose de mieux connaître nos ressources hydriques pour mieux les préserver, a-t-il dit, soulignant que la création de ce mécanisme traduisait la volonté de toutes les parties de « renforcer notre connaissance des ressources hydriques souterraines dans le Sahara septentrional » et d' »intensifier la coordination et l’échange d’informations et de données à cet égard ».

Pour sa part, le ministre tunisien de l’Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la Pêche a affirmé que l’accord portant création d’un mécanisme de concertation sur la gestion des eaux souterraines communes dans le Sahara septentrional « ouvre de grandes perspectives de coopération régionale et contribue à renforcer la sécurité alimentaire et hydrique et, partant, la sécurité nationale des pays signataires, afin que le bassin du Sahara septentrional demeure une source de vie et de prospérité ».

Le sommet présidentiel ayant réuni récemment les dirigeants des trois pays à Tunis « confère à l’initiative de lancement de ce mécanisme de concertation une assise politique » permettant d’aller « le plus vite possible vers sa mise en œuvre sur le terrain », a estimé M. Belati.

Il a également souligné la nécessité de fournir « le soutien financier et l’appui nécessaires au mécanisme, y compris à travers la coopération trilatérale et entre les établissements de recherche au niveau local ».

Importance de préserver les ressources hydriques en tant que ressource stratégique pour les trois pays

Le vice-ministre libyen des Ressources en eau a affirmé, pour sa part, que les nombreux défis auxquels la région est confrontée requièrent un renforcement de la coopération et de la coordination entre les trois pays dans divers domaines, et c’est ce qui a été concrétisé lors de la dernière réunion de Tunis, a-t-il dit. Il a indiqué que son pays aspirait, dans le cadre du Maghreb arabe, à « promouvoir la coopération s’agissant des ressources en eau communes dans le Sahara septentrional, à travers l’échange de données et d’informations et le développement, l’exploitation et la préservation de l’eau ».

Concernant l’accord, le responsable libyen a affirmé « qu’il pose les bases d’une coopération constructive au service des peuples de la région, garantissant la gestion, le développement et la pérennité de ces ressources communes au profit des générations futures ».

Réunis en marge de la signature de l’accord, les trois ministres sont sortis avec un document (Communiqué d’Alger), dans lequel ils se sont entendus sur « la création d’un mécanisme de concertation sur les eaux souterraines communes entre nos trois pays, dans le Sahara septentrional », dont le siège sera à Alger.

Ils ont souligné « la nécessité impérieuse de développer une nouvelle approche visant à préserver les intérêts communs et à renforcer la coopération et la coordination en matière de ressources en eau, en tenant compte du principe de souveraineté de chaque Etat sur ses eaux souterraines ».

Les ministres des Ressources en eau des trois pays ont affirmé « l’importance de préserver les ressources en eau en tant que ressource stratégique vitale pour nos pays et pour la région tout entière », et ce, en concrétisation de la volonté sincère et de la ferme détermination des dirigeants de nos trois pays d’adopter un nouveau plan d’action efficace à même de raffermir et de diversifier les liens de coopération et de partenariat stratégique, et en soutien à l’intégration entre l’Algérie, la Tunisie et la Libye « à l’effet de renforcer leur sécurité hydrique et leurs capacités à relever les défis communs ».

Les dirigeants des trois pays frères, en l’occurrence les Présidents M. Abdelmadjid Tebboune, M. Kaïs Saïed et M. Mohamed Younes El-Menfi, sont convenus, lors de leur 1ère Réunion consultative tenue lundi à Tunis, « d’activer au plus vite des mécanismes conjoints pour l’exploitation des eaux souterraines communes dans le Sahara septentrional et d’accélérer la mise en œuvre du projet d’interconnexion électrique des réseaux de transport d’électricité entre les trois pays ».

Ils sont également convenus de « créer un groupe de travail conjoint chargé d’élaborer des mécanismes permettant de mettre en place des projets et des investissements conjoints d’envergure dans des domaines et secteurs prioritaires, tels que la production de céréales et de fourrage et le dessalement de l’eau de mer, ainsi que d’autres projets et programmes de coopération visant à assurer la sécurité hydrique et alimentaire des trois pays », selon le communiqué final du Sommet de Tunis.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − 8 =

Bouton retour en haut de la page